Foire aux questions

Que signifie ANAE ?


ANAE signifie en japonais “petite fleur“. Notre logo, lui, représente à la fois une feuille et le nombre d’or φ (phi). Il est une clé dans la compréhension des structures du monde physique, particulièrement pour des critères de beauté et surtout d’harmonie. On retrouve sa présence dans la nature, dans l’art et dans le corps humain. Les traditions anciennes nous parlent de trois forces créatrices : la force de la vérité, la force de la bonté et la force de la beauté. Le nombre d’or est le symbole de la troisième force, celle de la beauté, aussi appelée force structurante des mondes.




Pourquoi une nouvelle école de naturopathie ?


Il y a de nombreux naturopathes et d’écoles de naturopathie en France. En réalité, peu d’entre elles correspondent aux critères de la FENA (Fédération des Ecoles de Naturopathie), c’est-à-dire proposant une formation de 1200 heures. Nous avons donc trouvé intéressant de créer une nouvelle Ecole, qui répond à ces critères, mais avant tout de créer une académie dont l’équipe des enseignants intègre à la fois des médecins et des naturopathes pour assurer une formation de qualité fondée sur le savoir, le savoir-faire et le savoir-être, grâce à une pédagogie précise. Notre formation intègre les données de la science moderne et celles de médecines anciennes : la médecine hippocratique pour l’Occident, mais aussi la médecine yunani pour le Moyen-Orient et surtout la médecine traditionnelle chinoise pour l’Orient. De plus, l’ANAE, Académie de Naturopathie Essentielle, assume une vision holistique de l’être humain et intègre l’aspect corporel, psychique et essentiel de l’être humain, que les psychanalystes appellent le Soi, que les religions appellent l’Esprit et que nous appelons l’Essence. Nous pouvons résumer les spécificités de notre école par les mots : expertise, humanisme, pragmatisme.




Quelles sont les mutuelles qui remboursent la naturopathie ?


Voici une liste de quelques mutuelles qui remboursent la naturopathie. Cette liste est fournie à titre informatif. Elle n’engage en aucune manière la responsabilité de l’ANAE quant aux usages qu’il en sera fait par des tiers. Elle a pour unique objectif de proposer des éléments de recherche. Il n’est fait aucune valorisation, aucun accord commercial, ni de promotion en faveur de ces compagnies d’assurance. (Liste non exhaustive) AG2R La Mondiale – www.ag2rlamondiale.fr CCMO – www.ccmo.fr ECA – www.eca-assurances.com MALAKOFF MEDERIC – www.malakoffmederic.com AXISALLANS – www.axisalians.eu DOLCE MADICA santé plus – www.mutuel-en-ligne.fr GROUPE HENNER (GMC SERVICE) – www.eca-assurances.com LA COMPAGNIE DES FEMMES : www.comdesfemmes.com MFIF – www.mfif.fr MUTUELLE GENERALE DE PARIS – www.lamutuellegenerale.fr ALIANS (contrat MEDINAT) : www.medinat.fr SMIP RHONE-ALPES MUTUELLE – www.mutuelle-smip.com MUTUELLE VERTE – www.mutuelleverte.com MYRIADE MUTUELLE – www.myriade.fr NOVIA MUTUELLE – www.novia-sante.fr IPSELIA SUD-OUEST MUTUALITE – www.sud-ouest-mutualite.fr MUTUELLE DU REMPART – www.mutuelledurempart.fr




Pourquoi tant de médecins dans l’équipe des enseignants ?


Chose étonnante, il est parfois critiqué que notre école comporte des médecins dans l’équipe enseignante. Il semble donc important de rappeler le lien entre la naturopathie et la médecine et pour cela de faire un peu d’histoire. Naturopathie et médecine ont la même source : Hippocrate, médecin grec du 4e siècle av. J-C, qui donna à la fois les bases de la médecine et celles de la naturopathie : la notion d’humeur, d’énergie vitale, de force guérissante de la nature, l’importance de l’alimentation et de l’activité physique etc. Jusqu’au milieu du 19e siècle, médecine et naturopathie n’étaient pas différenciées : le médecin était naturopathe. Il utilisait des moyens naturels pour aider les personnes à retrouver ou maintenir leur santé en respectant son énergie vitale et sa force intérieure de guérison. C’est à la fin du 19e siècle, avec l’avènement de la chimie, que le médecin s’est progressivement détourné du concept d’énergie vitale puis de l’utilisation de remèdes naturels, car l’utilisation de molécules de synthèse était plus facile et pouvait donner des remèdes plus concentrés donc plus efficaces. Cependant ce fut au prix d’effets secondaires importants, de la perte de notions importantes pour la compréhension des maladies, comme l’humorisme, ou la perte de la notion de force de guérison que Descartes appelait le médecin intérieur. Ainsi, des personnes comme Marchesseau ont cherché à retrouver et réintégrer ces connaissances anciennes et ont développé la naturopathie, qui n’est autre que cette part de la médecine oubliée dans l’enseignement universitaire des médecins. Depuis le début du 20e siècle, médecine et naturopathie sont donc deux professions différentes, mais sont comme deux faces d’une même pièce : le diagnostic et le traitement des maladies pour les médecins, le maintien de la santé par l’hygiène vitale pour les naturopathes. Ainsi, il est important qu’au 21e siècle les naturopathes et les médecins soient en paix car chacun œuvre pour le bien des patients/clients. Cependant cela n’est possible que si chacun connaît sa place et que la différence est claire pour les clients : le naturopathe n’est pas un médecin, il ne fait pas de diagnostic ni ne propose de traitement. Il n’intervient pas dans le travail du médecin. Qui peut le mieux enseigner cette différence aux étudiants qu’un médecin ? Qui peut le mieux leur enseigner l’anatomie, la physiologie, les risques et les cas où il faut orienter le client rapidement vers son médecin (en plus du suivi permanent qu’il a avec celui-ci), pour que le naturopathe puisse exercer son art avec responsabilité et sécurité? Pour toutes ses raisons, il serait important qu’il y ait au moins un médecin référent dans chaque école de naturopathie.




Quelles sont les spécificités de notre pédagogie ?


Il ne suffit pas d’avoir des enseignants experts et de transmettre des informations complètes et sérieuses. Il faut aussi veiller à ce que l’étudiant puisse les intégrer. On appelle cela la pédagogie. Il y a dans la formation de naturopathie beaucoup de théorie. La plupart de nos cours théoriques ont une construction tripartite qui permet ce que l’on appelle une humanisation des connaissances : 40 min de cours magistral, puis 20 min de partage en sous-groupes sur ce que chacun a retenu du cours, puis 20 min de questions/réponses. De plus, nous ajoutons en début ou en fin de chaque cours un exercice physique comme des mouvements de yoga, ou un exercice d’hygiène énergétique ou encore une relaxation. Ainsi, les trois centres de l’être humain sont pris en considération : le centre intellectuel avec les connaissances fournies, le centre émotionnel avec les partages et le centre physique avec les exercices proposés en début ou fin de cours.




Académie de Naturopathie Essentielle. Pourquoi “essentielle“ ?


Parce qu’elle s’adresse à ce qu’il y a de plus essentiel en l’être humain. Essence vient du latin ecce, “être“. C’est donc à l’être véritable que s’adresse l’ANAE. Les psychanalystes l’appellent le Soi, les religions l’appellent l’Esprit. Nous l’appelons l’Essence, par dialectique avec la personnalité. L’essence d’un être, c’est ce qu’il est vraiment, tandis que la “personnalité“ vient du mot latin persona, le masque, qui recouvre l’essence et parfois la masque. Notre essence possède des vertus comme la joie, la compassion, la sérénité. Nous sommes souvent coupés de ces vertus et nous laissons vivre en nous des pensées et des émotions négatives qui peuvent être considérées comme la source principale de toutes nos maladies. Il est important que le naturopathe ne perde jamais de vue cet aspect essentiel. “Essentielle“ aussi parce que nous considérons que ce qui est essentiel dans la relation d’aide est l’attitude et la qualité de présence, d’être, du praticien. Au-delà de son savoir et de son savoir-faire, il s’agit de son savoir-être. “Essentielle“ enfin parce que nous veillons à enseigner l’essentiel de chaque technique, de chaque connaissance pour ne pas nous perdre dans un monde d’informations inutiles. Nous ne voulons pas faire de nos étudiants des mules chargées de livres mais des naturopathes compétents, qui maîtrisent leur art et accompagnent leurs clients vers l’essentiel.




Pourquoi la naturopathie est-elle intéressante en complément de formation du métier de sage-femme ?


Le métier de sage-femme évolue et s’intéresse de plus en plus au suivi de la femme tout au long de sa vie, avec les suivis gynécologiques annuels, la prescription des moyens de contraception, la rééducation périnéale etc. Cependant, le cœur de leur métier reste l’accompagnement de la femme enceinte, avec une particularité dans le domaine médical, c’est que la grossesse n’est pas un processus pathologique mais physiologique. Alors que les autres professionnels de la santé comme les médecins s’intéressent aux malades et aux maladies, les sages-femmes ont la chance de s’intéresser à des femmes enceintes souvent en bonne santé. Comme les naturopathes, les sages-femmes s’intéressent donc à la vie et au maintien de la santé de leurs patientes. Pourquoi une formation de naturopathie pourrait intéresser une sage-femme ? Qu’est-ce que cette formation pourrait lui apporter ? Une formation de naturopathie peut apporter beaucoup à la pratique quotidienne. Il y est par exemple enseigné des notions approfondies de psychologie, de relaxation, de traitement des peurs (comme la peur de l’accouchement) par l’EFT ou ce qu’on appelle le protocole de libération du subconscient. Lors de la formation nous apprenons aussi la nutrition et la micronutrition avec l’utilisation des compléments alimentaires souvent indispensables en suites de couches, l’apprentissage de postures thérapeutiques pour gérer les douleurs lombaires, l’utilisation des plantes médicinales, de l’homéopathie et des huiles essentielles utilisables pendant la grossesse, ce qui est peu connu et pourtant très efficace pour tous les maux de la femme enceinte. A cela s’ajoute l’apprentissage de l’hydrothérapie pour traiter des symptômes comme les jambes lourdes, l’apprentissage de techniques de massage et des techniques spécifiques de la relation d’aide! Ainsi la sage-femme formée à la naturopathie peut ajouter de précieuses cordes à son arc, pour le plus grand bien de ses patientes.




Pourquoi la naturopathie est-elle intéressante en complément de formation du métier de kinésithérapeute ?


Le kinésithérapeute est spécialisé dans la rééducation physique, corporelle. Ainsi, il est expert dans l’une des trois techniques de base de la naturopathie, à savoir l’hygiène de vie par l’activité physique et le soin par les mains. Cependant, le kinésithérapeute peut être frustré de ne pouvoir prescrire de remèdes ; il sera alors intéressé d’apprendre à utiliser les plantes médicinales qui ont des actions anti-inflammatoires, reminéralisantes, mais aussi les huiles essentielles et l’homéopathie. Il pourra aussi être intéressé d’avoir une formation en nutrition et micronutrition et ainsi pourvoir accompagner les patients vers une meilleure hygiène de vie. Il y a par exemple des patients qui ont soigné leur arthrose du genou et évité une opération grâce à un changement alimentaire et un rééquilibrage acido-basique. Si vous soignez une personne pour une tendinite de l’épaule, savez-vous que, selon la médecine chinoise, le foie est le maître des tendons, qu’il est lié à la colère et que peut-être votre patient n’arrive pas à se guérir de sa tendinite parce qu’il faut aussi s’occuper de son foie et de sa colère ? La naturopathie, grâce à sa vision holistique de l’être humain, apporte ces connaissances complémentaires et peut faire du kinésithérapeute un thérapeute plus complet.





ET SI ON EN PARLAIT ?
Vous avez un projet de formation ou de reconversion professionnelle? Vous avez besoin d’informations complémentaires ?