Qu'est-ce que la naturopathie ?

La Naturopathie est l’art d’aider une personne à maintenir, et parfois à retrouver sa santé, grâce à un ensemble de méthodes naturelles, qui respectent la personne dans son ensemble, ainsi que les forces de guérison que son corps possède.

Elle a été développée en France par le biologiste Marchesseau qui créa la première Faculté libre de naturopathie en France en 1935. Marchesseau disait que la naturopathie est l’art de rester en bonne santé par le respect des lois naturelles. La naturopathie vient du latin “natura“ (nature) et du grec “pathos“ (qui signifie « souffrance, passion, affect ») et signifie donc “la maladie étudiée en fonction de la nature“. Elle est fondée sur l'existence de l’énergie vitale dans l’organisme. Elle rassemble les pratiques issues de la tradition occidentale dont certaines nous viennent de la Grèce antique.

Marchesseau a classé 10 agents de notre environnement naturel, qui peuvent être source de nos maladies ou de notre santé :

1. Les aliments : nutrition et micronutrion (bromatologie)

2. Les exercices : les mouvements et pratiques psycho-corporelles

3. Les bains : l’hydrologie, l’utilisation de l’eau pour la santé

4. Les rayonnements : étude de l’effet des rayonnements sur la santé

5. Les gaz : la pneumologie, l’utilisation des exercices respiratoires

6. L’énergie : que l’on peut appliquer par le magnétisme et le reiki

7. Les plantes : la physiologie, les huiles essentielles, les bourgeons et l’homéopathie

8. Les mains : transmission de l’énergie, massages et soins articulaires

9. Les réflexes : la réflexologie plantaire et palmaire

10. Les idées : le domaine du psychisme et de la psychologie

Un peu d'Histoire

2000 av JC

Développement de la médecine traditionnelle chinoise (acupuncture et pharmacopée), fondée sur le concept du Yin/Yang, des 5 mouvements et du Qi.

400 av JC

Hippocrate pose les bases de la naturopathie : primum nocere, vis medicatrix naturae, importance de la nutrition et de l’activité physique dans la prévention des maladies, développement de la théorie des humeurs.

IIe siècle

Galien enseigne lui aussi la médecine des humeurs, base de la médecine durant 1500 ans.

XVIe siècle

Paracelse apporte un regard plus ésotérique en développant la médecine spagyrique et la notion de corps élémentaire, sidéral et spirituel, ainsi que la notion de force d’auto-guérison. Il reprend entre autres la théorie des signatures.

XVIIIe siècle

Le siècle des Lumières comprend plusieurs courants médicaux. C’est le siècle de la naissance de la science moderne, de la chimie, de la physiologie, des premières vaccinations. Il y a donc un courant médical scientifique qui se développe aux côtés du vitalisme (qui considère que le corps humain est animé par un « élan vital » impossible à matérialiser, complémentaire aux échanges physico-chimiques mais dont l’altération provoque la maladie). C’est aussi le siècle de Mesmer et de son magnétisme animal qui rejoint donc le « concept » d’énergie vitale ou Qi des chinois, le Reiki des japonais, l’énergie Nafa des soufis du Moyen-Orient, le Prâna des hindous, le Te des taoïstes, l’élan vital de Henri Bergson.

XIXe siècle

Découverte par Hahnemann des principes de l’homéopathie. Il nomme Dynamis l’énergie vitale immatérielle qui anime le corps. C’est aussi le siècle de la naissance de l’ostéopathie par Still.

XXe siècle

Rudolf Steiner crée la médecine anthroposophique au début du XXe siècle.

​La naturopathie est née aux Etats-Unis, avec le courant hygiéniste américain développé par Benedict Lust, puis Herbert Shelton. En France, Pierre Marchesseau, fondateur de la naturopathie orthodoxe, crée la première Faculté libre de Naturopathie en 1935. L’approche de la naturopathie française est aussi transmise par André Passebecq et plus récemment par Daniel Kieffer, Robert Masson et Chantal Dargère.

Tradition et modernité

Suite au développement de son aspect scientifique, la médecine moderne s’est coupée de ses racines, de son histoire, comme s’il n’y avait plus rien d’utile dans la médecine des Anciens, pratiquée durant des millénaires.

 

Par exemple, la phytothérapie ne fait plus partie des cours de médecine ; ou encore, la médecine des humeurs n’est étudiée que dans les cours d’histoire de la médecine… 

La naturopathie maintient ce lien avec le passé et garde comme fondements des principes déjà énoncés par Hippocrate il y a plus de 2000 ans : la notion d’encrassement de l’organisme, de drainage des émonctoires, l’utilisation de l’eau, la prévention par l’alimentation, l’importance de l’activité physique, l’utilisation de remèdes naturels…

 

La naturopathie est ce lien entre tradition et modernité, entre le passé et l’avenir, pour une santé réelle et naturelle.